newsletter

NORA BUBBLES JAVI





 

STRASBOURG 2015

20 x 20 cms, tirage sur papier d'art, 8 exemplaires
30 x 30 cms, tirage sur papier d'art, 8 exemplaires
40 x 40 cms, tirage sur papier d'art, 8 exemplaires
100 x 100 cms, tirage sur aluminium, 6 exemplaires

Chaque tirage est accompagné d'un certificat d'authenticité signé par l'artiste

À James JOYCE,

10 Décembre 1909, (ma réponse à ta lettre du 06 Décembre 1909),

Mon cher époux, mon amant, ma tourmente.

Le temps semble bien long ici à Trieste, je me languis de toi jour après jour, et tes lettres sont à présent mes seules amies, mes seules consolations et mes seules envies… coquines et obscènes il y va de soit ! Quel plaisir de lire tes mots emprunts d’obscénité et d’amour pour moi !
Cesses de te tourmenter quant à ma réaction à la lecture de tes missives, je ne suis pas choquée car même si ta lettre est extrêmement «sale et cochonne» comme tu le dis, elles sont lourdement chargées de lubricité et de désir, voilà comment je les interprète !
Pour être sincère avec toi, à la lecture de ton courrier, mon imagination inavouée s’est mise bien plus qu’en éveil et tu as réussi à me mettre dans un tel émoi que mon sexe en est devenu humide de sensations douces et libidineuses.
En attendant de pouvoir te lire mon amour, je me surprends à laisser divaguer mon esprit vers d’autres contrées imaginaires et fantasmagoriques, moi offerte complètement à toi, devant tes yeux remplis d’envie, d’admiration et de gourmandise...
Je t’imagine, toi, assis en spectateur dans un vieux fauteuil et moi devant toi bien campée sur mes deux jambes chaussée de talons hauts comme tu les aimes, uniquement vêtue d’un corset rouge laissant apparaitre ma poitrine en libre accès à tes caresses généreuses. Je ne porte évidemment pas de culotte, dévoilant ainsi mes fesses et ma fente à sensations alors bien ouverte et humide prête à être occupée. Des deux doigts tu m’observes alors écarter les lèvres de mon con afin de te présenter mon bouton intime, celui du plaisir, et tout en l’effleurant je laisse pénétrer ton regard bien profondément dans ma vulve veloutée et humide d’excitation !
Tel un abricot mûr, tu le palperas pour en juger la maturité, tu le dégusteras (c’est ton fruit préféré en toutes saisons…) et tu le lècheras pour en extraire son suc avant d’y croquer à pleines dents ! Sois goulu et affamé et rassasies toi de cette gourmandise qui t’est offerte.
Une réaction anatomique s’est produite instantanément et ton membre s’est dressé fier et vaillant, gonflé d’impatience et tendant la toile de ton pantalon… jusqu’à y laisser quelques gouttes de ta semence que j’aurais voulu lécher.
Que penses-tu de tout cela ? Es-tu excité à la lecture de ces mots ?
Mon amour, j’ai un présent à te faire. Certes complètement débridé à l’image de notre relation mais sincère et peu commun. Tu m’écrivais dans ta dernière lettre que tu m’imaginais dans des poses répugnantes. Je souhaiterais à présent, que tu découvres des images de moi prises par un ami, je te laisse les apprécier. Ne sois pas outré par ce jeu que je te soumets et qui doit éveiller en toi une violente excitation. Excitation qui devra te suivre continuellement, et cela jusqu’à notre prochaine rencontre! (qui je l’espère bientôt, pour les fêtes de Noël).
Je suis là posée devant toi offerte de la sorte, cuisses ouvertes laissant découvrir mon sexe à la vue de tous, provocante et excitée par mes caresses que je m’inflige telle une punition depuis ton départ… rien que pour ton plaisir je souhaite t’offrir ces clichés pour que tu n’oublies pas dans quel état ton absence me laisse. Le résultat est assez troublant, car avec mon consentement, certains regards se sont perdus sur ces clichés (ceux qui ont révélé cette photographie), laissant leurs regards s’engouffrer et se perdre dans mes territoires intimes... Quelle sensation de se savoir désirée et observée par ces yeux qui me scrutent à présent, et sentir ma fente gonflée de plaisir, s’humidifier, et s’échauffer en t’imaginant découvrir avec stupéfaction ce présent.
Je suis maintenant craintive et fébrile quant à ta réaction à la vue de ces images, mais ta dernière lettre m’a mise dans un état d’une rare excitation, celle qui m’a poussée à te faire partager cette expérience. Au travers de ce geste, je te fais don de mon inconditionnel amour pour toi, sois en digne et pardonne moi aussi !

C’est avec une grande impatience que j’attendrai ta réponse.

Nora, ton petit oiseau à foutre.

 

STRASBOURG 2015

20 x 20 cms, print on art paper, 8 copies
30 x 30 cms, print on art paper, 8 copies
40 x 40 cms, print on art paper, 8 copies
100 x 100 cms, print on aluminium, 6 copies

Each print is accompanied by a certificate of authenticity signed by the artist

To James JOYCE,

10 December 1909, (my reply to your letter of December 6, 1909),

My dear husband, my lover, my torment. Time seems long here in Trieste, I languish you day after day, and your letters are now my only friends, my only consolations and my only desires... naughty and obscene it is of either! What a pleasure to read your words borrowed from obscenity and love for me !
I am not shocked because even if your letter is extremely "dirty and naughty" as you say, they are heavily loaded with lust and desire, that's how I feel Interpret them!
To be sincere with you, when you read your mail, my unconfessed imagination was more than awake and you managed to get me into such a stir that my sex became wet with soft and libidinous sensations. While waiting to be able to read to you my love, I surprise myself to let my mind wander to other imaginary and phantasmagoric countries, I offered completely to you, before your eyes full of envy, admiration and gluttony...
I imagine you seated as a spectator in an old armchair and I in front of you well camped on my two legs wearing high heels as you like them, only wearing a red corset showing my chest in free access to your caresses generous. I obviously do not wear panties, thus revealing my buttocks and my slit to feel then well open and wet ready to be occupied. With both fingers you observe me then spread the lips of my cunt in order to present my intimate button, that of pleasure, and while touching it I let penetrate your look deeply in my vulva velvety and moist with excitement! Like a ripe apricot, you will palpate it to judge its maturity, you will taste it (it is your favorite fruit in all seasons...) and you lick it to extract its juice before bite to eat! Be hungry and hungry and be satisfied with the gluttony offered to you.
An anatomical reaction occurred instantly and your limb stood proud and valiant, swollen with impatience and stretching the canvas of your pants... until leaving a few drops of your seed that I wanted to lick.
What do you think of all this ? Are you excited at reading these words ?
My love, I have a present to make you. Certainly completely unbridled in the image of our relationship but sincere and unusual. You wrote me in your last letter that you imagined me in repugnant poses. I would like now, that you discover images of me taken by a friend, I let you appreciate them. Do not be exasperated by this game which I submit to you and which must awaken in you a violent excitement. Excitement that will have to follow you continuously, and that until our next meeting! (Which I hope soon, for the Christmas holidays).
I am there posed in front of you offered in this way, open thighs letting discover my sex in the sight of all, provocative and excited by my caresses that I inflict myself as a punishment since your departure... just for your pleasure I wish to offer these photographies so that you do not forget in what state your absence leaves me. The result is quite troubling, because with my consent, certain looks have been lost on these clichés (those who revealed this photograph), letting their eyes go engulf and lose themselves in my intimate territories... What sensation to know wanted and observed By these eyes that now scrutinize me, and feel my slit swollen with pleasure, moisten, and warm up as I imagine you discover with amazement this present.
I am now frightened and feverish about your reaction to the sight of these images, but your last letter put me in a state of a rare excitement, which prompted me to share this experience with you. Through this gesture, I give you my unconditional love for you, be worthy and forgive me too !

It is with great impatience that I shall await your answer.

Nora, your little fucking bird.



go to artsquare shop
go to saatchi art

Page précédente page précédente - previous page Previous page

newsletter


Copyright © 2017 · All Rights Reserved · http://www.semaj.fr